Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Selwane arrow Patrimoine arrow Saints et Mystiques
 

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Saints et Mystiques Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Kenneth Brown   

El Borj

Ainsi comme l'indique la langue allégorique du 14ème S., Ibn Achir faisait pousser de jolis bouquets de roses sur des branches sèches, et faisait couler du miel sur le rochers avides. La "baraka" d'une visite et prière sur sa tombe laissair croire aux gens qu'elle produisait de véritables miracles.
A propos de ces miracles, une distinction doit être faite entre les gens éduqués et la masse inculte, les premiers urbains et les deuxièmes ruraux, y compris surtout la plupart des femmes de la ville. Un faqih, un homme comprenant bien la loi islamique, doit écouter et accepter passivement ou dénier ce que l'on raconte sur les miracles. Cependant il est indésirable, de créer de toute pièce, repérer ou renier publiquement de tels propos sur les miracles. Le Faqih croit que la puissance de Dieu est sans limite. Dieu est capable de tous les miracles. Ceux-ci peuvent prendre toutes les formes qu'il choisit. L'historien local de Salé, Ibn Ali relate la vie d'bn Achir selon les sources écrites et ajoute tout simplement, sans aucune élaboration, que les miracles et les merveilles du saint continuent d'exister parmi les habitants de Salé. Ces miracles et ces prodiges sont encore bien vivants dans l'imagination populaire.
La réputation d'Ibn Achir en tant que guérisseur (ainsi, le surnom de Tabib) semble avoir été racontée, au sujet d'un des saints les plus vénérés de Salé, Sid Turqui. Un turque, pêcheur de coraux (ou un bijoutier, d'après une autre version) s'était fait coincer à ce que l'on dit, un morceau de corail (ou une perle) dans son nez. Il consulta en vain la plupart des célèbres guérisseurs de son temps (le 18ème S). Finalement, il entreprit un pèlerinage sur la tombe de Sidi Ben Achir. Quand il arriva au cimetière de Salé où est enterré le saint, il remarqua avec dédain "comment pourrais-je être mené à croire, ce saint abandonné, la où les meilleurs docteurs ont échoué?". Quand il prononça ces mots, il fut saisi par une crise d'éternuements le choc délogea la pierre.
Par la suite Sidi Turqui lui fit construire un magnifique mausolé. Quelque temps après, il vit en rêve Sidi Ben Achir. Ce dernier lui recommanda de se dévouer aux études et à la prière.
Quelque temps après Sidi Turqui mourut, et fut un saint vénéré avec son propre mausolée. Les pèlerinages sur son tombeau seraient spécialement bénéfiques pour le bien-être des pêcheurs et des marins.
Le mausolée de Sidi Ben Achir , une grande salle avec une coupole, flanquée de deux pavillons fut construit par le Sultan Moulay Abdellah B. Ismaïl en 1733 à l'extrêmité la plus éloignée du cimetière qui porte la nom du saint. Il a été le site des pèlerinages depuis le 17èmeS. La coupole avait été restaurée en 1844 par le sultan Moulay Abderrahman, et les pavillons avaient été successivement agrandis par la construction de pièces ajoutées. Les dépenses sont faites par les Habous Salé, ou à la fin du siècle , grâce à des venant des notables les plus riches de la cite; El Amine (receveur des douanes) Abdelhadi Zniber, et le commerçant, plus tard amine, Haj Ahmed Sabounji.
Connu comme Maristane, un Sanatorium pour les malades physiquement et mentalement, le mausolée a été continuellement l'objet de pèlerinages. Ses pièces sont toujours pleines de malade qui restent dans la mausolée plusieurs semaines tandis que le centre de sanctuaire est quotidiennement plein de visiteurs de Salé et d'ailleurs. Une fête annuelle à lieu chaque année, le 9ème jour du Mouloud dans le sanctuaire, où des "tolba" "étudiants professionnels" récitent des litanies, avec célébration de danses populaires et de musique.
L'entretien du tombeau est entre les mains des Oulad Ben Omar (Amar) qui prétendent être les descendants d'Ibn Achir ou de l'un de ses disciples. Leurs droits aux offrandes apportées par les pèlerins sont reconnus par les autorités. Chaque adulte mâle a son tour de garde du sanctuaire, et pour la collecte des donations. La famille Amar, est l'une des plus vieilles et des plus respectées de Salé. On pense que quelques uns de ses membres possèdent la Baraka du Saint Sidi Ben Achir. Plusieurs des Oulad Amar sont allés, par mariage aux Hassouni, descendants eux mêmes du Saint patron de Salé, Abdellah Ben Hassoun.
Les miracles de Sidi Ben Achir sont légendaires. A par la guérison des malades, en particulier les aveugles, et ceux qui ont des troubles mentaux, les rhumatisants et les fous, on dit que sa bénédiction calmait les vagues de l'océan, pour que les bateaux des pirates de Salé, avec leurs butins et leurs prisonniers puissent rentrer au port.
En 1844, un escadron français, après avoir bombardé Tanger et Magador, ne put s'approcher de Salé à cause de la mer agitée, et aussi grâce à la bénédiction du saint.
Le personnage historique de Salé et du 14ème S. mystique du temps des Mérinides, fut transformé durant les quatre siècles suivants en un guérisseur et protecteur dont l'esprit toujours vivant, protégeait le bien-être de la population. Cette transformation reflète clairement le grand changement qui eut bien lieu au Maroc pendant ces 4 siècles. Plusieurs années après la mort d'Ibn Achir en 1362, l'un de ses disciples retourna à Salé. Il constata que la ville était devenue un "désert" sans activités, ni intellectuelles ni spirituelles.
Il n'y avait ni livres, ni foi, ni amis, ni confidents. La communauté soufi végétait dans la médiocrité.
La vie religieuse à Salé était stagnante.
 

 
 
 
< Précédent   Suivant >

Selwane.TV||Reportages

Participez à la réussite de votre portail! 

Connectez-vous

Les oubliés des élections

Portail dédié au projet d'aménagement de la valée du Bouregreg

flash infos

3ème festival international du film des femmes de Salé du 28 Septembre au 3 Octobre
 
Lire la suite...
 
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org