Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Selwane arrow Patrimoine arrow Négoce et prospérité dans le meilleur port du Maghreb
 

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Négoce et prospérité dans le meilleur port du Maghreb Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Kenneth Brown   

Le port de Salé - 1930

Salé a été pendant longtemps un port important pour les commerçants européens et pour les Marocains de leur côté. Durant le 17ème S. et une bonne partie du 18ème S. l'activité commerciale à l'embouchure du Bouregreg prit un grand essor. Le port était de loin, le plus important du Maroc.
Cette pirateirie, et le commerce maritime existaient et étaient une nécessité naturelle. Des produits manufacturés, spécialement des armes et de la poudre, étaient achetés aux bateaux marchands Européens accostant au port de Salé. Les négociants européenes à Salé et Rabat (surtout la 1ère) approvisionaient la plupart des douaniers en butin provenant des pirates. La contrebande était l'objet principal du commerce internatinal des cités marocaines tout à fait comme il en était à Livourne pise et Gène, parce que les plus grands marchés de ces produits existaient en Europe Occidental. En plus la totalité du mécanisme rançonnement des captifs exigeait un raport permanent entre les nations Européennes et le Maroc. Ces négociations étaient surtout entreprises à Rabat et à Salé par des spécialistes, membres d'ordre religieux et des négociants des 2 cités.
La plus grandes représentations commerciale à Rabat et à Salé venait de Hollande et d'Angleterre. La 1ère avait signé des traités de commerce avec Salé en 1610, 1615, 1657, 1658 et en 1659. En à la dernière occasion une délégation de Salé fut reçue par le célébre professeur d'arabe Jacobus Golius, qui s'était arrangé pour obtenir l'envoi de manuscrits du Maroc. L'un des membres de cette délégation, Ibrahim Maaninou, était d'une grande et vieille famille Salouie. Il nomma continuellement plusieurs personnes à des postes d'autorité et de responsablilité.
Vers le milieu du 17èmeS., la France contracta également des relations commerciales avec le port de Rabat-Salé, et avait son premier consul général à la rue des consuls de Rabat. Il est difficile d'évaluer la valeur du commerce extérieur à cette époque, cependant quelques évidences suggèrent que l'étendu du négoce était significatif : par exemple on sait que le seule ville de Marseille, plusieurs bateaux se dirigeaient vers Salé, chaque annéea; Chaque de ces cargos trasportait des marchandises excédant la valeur de 4 000 couronnes. Ces bateaux retournaient en France chargés de peaux, de laine, de plumes d'autruche, de médicaments et de pièces d'or.Salé en tant qu'entrepôt pour les caravanes venant du Soudan, jouait encore grand rôle dans l'exportation des produits vers l'Europe. En plus des céréales et des cuirs, les caravanes transportaient des métaux précieux, du cuivre, du bronze, du tangoul (un alliage de cuivre et d'étain, des produits variés, tels que la gomme arabique, le Sandarac, l'euphorbe, et d'autres produits qui étaient considérés en Europe comme des marchandises de Luxe commes les dates les plumes et l'ivoire. D'autre part Salé était fournie en produits européenes, tel que le papier, le tartare et le tissus de différentes variétés. La valeur des importations de la France seulement durant une année à la fin du 17èmeS. s'élèvait à 1/2 million de Francs. Les profits réalisés par la France à Salé étaient importants. Du côté marocain, le gouvernement central bénéficiait des taxes, soit des entrées ou des sorties du port, d'environ 10 à 25 %.
Un captif chrétien qui avait passé plusieurs années au maroc vers la fin du 17èmeS. raconte que les plus riches marchands vivaient à Salé plutôt qu'a Rabat et qu'ils étaient à la fois musulmans et juifs. La communauté juive au Maroc a été assimilée métaphoriquement à une fenêtre du pays, ouverte sur l'Europe. A cet effet, il est intéressant d'attirer notre attention sur le rôle de Salé pendant le 17èmeS. et le 18ème Siècle.
 

 
 
 
< Précédent   Suivant >

Selwane.TV||Reportages

Participez à la réussite de votre portail! 

Connectez-vous

Les oubliés des élections

Portail dédié au projet d'aménagement de la valée du Bouregreg
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org