Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Dossiers arrow Festival Dakhla arrow Dakhla ; les pôles d’excellence

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Dakhla ; les pôles d’excellence Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par CRI Dakhla   
Potentiel agricole.
La superficie agricole utile potentielle de la région s’étend sur 1 million d’hectares. À ce jour, l’exploitation agricole est concentrée sur 529,5 ha à l’intérieur de six périmètres irrigués qui courent sur 1 434 ha, dans un rayon de 70 km autour de la ville de Dakhla. Cinq des périmètres irrigués  sont équipés de serres et de systèmes d’irrigation rationnelle qui engendrent des productions  hors sol de grande qualité. Les tomates, concombres et melons notamment sont entièrement exportés vers les marchés nord-américain, européen et celui de l’ex-bloc soviétique. Dans le périmètre de Tawarta, l’exploitation agricole est pratiquée en plein champ de manière traditionnelle par 72 agriculteurs disposant chacun d’une parcelle d’environ 0,5 ha. D’importantes réserves foncières  sont disponibles et offrent d’excellentes opportunités d’investissement dans l’agriculture sous serre.

Resources en eau
Le climat aride a stimulé de nombreuses recherches qui ont démontré que les ressources en eau souterraines sont très abondantes dans la région. Une première étude à base du Carbone 14 a prouvé l’origine fossile d’une importante nappe artésienne très ancienne, de 300 à 600 mètres de profondeur, dont la teneur en sel et en soufre se situe en moyenne à 1,3 g/l. Une autre étude menée par la Direction de l’Hydraulique montre qu’en plus de la quantité exploitée annuellement, un potentiel de 4 millions de m3 par an reste disponible pour une éventuelle exploitation agricole.  
De ce fait, les forages profonds donnent accès à une eau abondante et offrent une forte pression d’eau. Acheminée vers de vastes bassins de stockage et de refroidissement, l’eau soufrée est déminéralisée pour alléger la teneur en sel et en chlore et redistribuée vers les exploitations agricoles. Deux des périmètres irrigués utilisent encore des systèmes d’irrigation gravitaire, mais la région a mis en place une politique de gestion rationnelle de l’eau qui incite les producteurs à se tourner davantage vers l’irrigation goutte à goutte.

Climat et croissance accélérée.
Le climat et l’ensoleillement ininterrompu permettent aux fruits et légumes de la région d’atteindre leur maturité de 2 à 3 semaines avant ceux cultivés dans les régions agricoles les plus fertiles du Maroc. Les zones agricoles de la région sont situées en bordure de l’Atlantique. Elles bénéficient donc d’un climat tropical, tempéré par l’alizé maritime et les courants froids des Canaries. Les chutes de pluie se font rares, mais en revanche l’humidité atmosphérique de la bande littorale se situe entre 61 et 86 % et donne lieu à une rosée nocturne, particulièrement bénéfique pour l’activité agricole. Les températures clémentes et constantes se situent autour de 20ºC, avec des variations diurnes et nocturnes entre 16 et 26ºC.

Absence de pollution et valeur ajoutée.
La situation géographique de la région, loin de toutes sources de pollution, favorise la production de fruits et légumes qui présentent des indices phytosanitaires irréprochables. Cet avantage fait de Oued Dahab-Lagouira la seule région marocaine exportatrice de tomates vers le Canada, l’un des importateurs les plus exigeants en matière de normes phytosanitaires.

Une main d’œuvre qualifiée, stable et peu coûteuse.
La présence de nombreuses exploitations agricoles sous serre dans la région a favorisé l’établissement d’un centre de qualification professionnelle agricole qui offre des formations en horticulture. On assiste ainsi à une qualification soutenue de la main d’œuvre. L’agriculture occupe aujourd’hui 6 000 habitants, soit 8,8 % de la population active.

Perspectives commerciales.
La qualité des produits cultivés sous serre permet aux horticulteurs d’exporter leurs productions vers les marchés extérieurs les plus exigeants. En parallèle, l’intensification de l’agriculture sous serre pourrait stimuler le développement de l’industrie agroalimentaire et permettre aux agriculteurs de commercialiser leurs marchandises localement auprès des unités de transformation et conditionnement de fruits et légumes. 
 
< Précédent   Suivant >
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org