Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Dossiers arrow Elections législatives 2007 arrow Maroc: le score des islamistes et le taux de participation, enjeux des législatives

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Maroc: le score des islamistes et le taux de participation, enjeux des législatives Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par AFP 07-09-2007   

Saad Eddine Othmani, le chef du PJD (Parti islamiste justice et développement) vote le 7 septembre 2007 à Salé pour les législatives marocaines.

Plus de 15 millions d'électeurs marocains votaient vendredi pour désigner leurs 325 députés, dans un pays où l'abstention est généralement importante, alors que les islamistes affichent de grandes ambitions.
A 12H00 GMT, 1,5 million d'électeurs avaient fait leur devoir soit 10% des inscrits, a indiqué le minstère de l'Intérieur. Les bureaux de vote ouverts à 08H00 GMT fermeront à 19H00 GMT.

Les résultats du Parti islamiste justice et développement (PJD) et le taux de participation, qui était de seulement 52% en 2002, constituent les principaux enjeux du scrutin, le deuxième à se dérouler sous le règne du roi Mohammed VI depuis son accession au trône en juillet 1999.

Le PJD espère arriver en tête des 33 formations en lice mais des surprises pourraient venir des campagnes où est implanté le Mouvement populaire (MP, centre-droit) dans lequel ont fusionné trois anciennes formations recrutant notamment dans les régions berbérophones.

Trois partis d'extrême gauche, faute de fusion, se sont coalisés pour améliorer leurs chances. Ils ont mené campagne sous la bannière de "l'Alliance de Gauche", insistant sur l'urgence d'une réforme de l'actuelle Constitution jugée "non démocratique".

Pour la première fois, 52 observateurs étrangers supervisent les élections législatives. Ils publieront un rapport préliminaire samedi soir et une version définitive dans quelques semaines.

"C'est productif pour la démocratie d'avoir une mission internationale d'observation des élections (...) Ce type de mission aide le pays et la communauté internationale à renforcer la démocratie dans des pays comme le Maroc", a noté l'ex-chef d'Etat bolivien Jorge Fernando Quiroga Ramirez, qui dirige la mission.

Par ailleurs, près de 3.000 observateurs marocains du "Tissu associatif d'observation des élections" visitaient les bureaux de vote, a indiqué à l'AFP l'un de ses dirigeants Abdallah Mesdad.

Ce réseau de 800 ONG marocaines a indiqué avoir bénéficié d'une aide financière de l'Union européenne pour suivre le scrutin législatif.

La presse marocaine a lancé vendredi un ultime appel à la participation au scrutin législatif dans un pays où près d'un électeur sur deux ne se rend pas aux urnes, en soulignant que l'abstention fait le jeu des extrémistes.

Le vote se déroulera au scrutin direct de liste à la proportionnelle. Les électeurs choisiront 295 députés dans 95 circonscriptions et 30 députées dans une "liste nationale" séparée, pour assurer un quota de représentation aux femmes.

Les partis en lice sont répartis en trois grandes tendances: les islamistes dont le PJD, les partis de la coalition gouvernementale actuelle, et la gauche non gouvernementale.

Les résultats du scrutin seront annoncés dimanche. Le roi Mohamed VI devrait nommer à l'isue du scrutin un premier ministre de son choix. Ce dernier devrait ensuite mener des négociations avec les partis arivés en tête pour former une coalition gouvernementale.

Le mode de scrutin direct à la proportionnelle ne permet à aucun parti d'obtenir la majorité absolue.

Une éventuelle victoire des islamistes du PJD ne risque pas de remettre en cause les grands équilibres du système politique marocain dominé par la monarchie. Et, pour gouverner, ce parti modéré qui s'inspire de l'AKP islamiste turc, devrait nécessairement nouer des alliances avec des formations épousant d'autres idéologies.

Cependant, rien n'indique pour le moment que les partis de la coalition gouvernementale sortante veuillent s'unir avec le PJD.

 
< Précédent   Suivant >

Selwane.TV||Reportages

Participez à la réussite de votre portail! 

Connectez-vous

Les oubliés des élections

Portail dédié au projet d'aménagement de la valée du Bouregreg

flash infos

Conférence « Comment une entreprise japonaise développe à l’étranger son organisation, son personnel, ses produits », le Mercredi 7 Octobre 2009 à 15h, à la Bibliothèque Nationale du Royaume - Rabat  
Lire la suite...
 
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org