Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Selwane arrow Patrimoine arrow Salé et Rabat réconciliées
 

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Salé et Rabat réconciliées Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Sala Al Ghad   

Vue aйrienne de Rabat - Salй | 1986Qui ne connaît la vieille chanson populaire où deux antagonistes, un R'bati et un Slaoui, se disputent le "leadership culturel" de la région? Dans l'imaginaire collectif, la "rivalité" existe. Salé, cité des Corsaires, a toujours fait preuve d'orgueil. Mais Rabat ne lui envie rien, elle qui a vu des dynasties de sultans se succéder.
Les deux villes se sont longtemps le dos avant de réaliser, avec l'avènement du colonialisme au début du siècle, que le développement de l'une passa inéluctablement par la prospérité de l'autre. Lorsqu'il a été construit il y a plusieurs décennies, le port qui enjambe le fleuve Bouregreg a consacré cette volonté d'ouverture. Depuis, Salé vit économiquement "à l'ombre" de son aînée, mais Rabat lui doit un rôle stabilisateur sur le plan social.
Le tissu industriel de la capitale a fini par devenir si dense que l'essentiel des activités économiques de Salé tirent leur substance
Les deux villes coexistent depuis des siècles. La cité des corsaires "vit à l'ombre" de son aînée. Mais la capitale n'aurait peut être pas autant prospéré sans sa voisine.
De l'outil industriel de Rabat le pont reliant les deux rives est devenu un cordon ombilical industriel, commercial et humain. Inversement, Salé a agi pour sa grande voisine comme une "soupape"dans la mesure où le coût de la vie est resté raisonnable. La cité des Corsaires est devenue, une cité-dortoir pour Rabat. L'image reflète le rang actuel de la ville: un centre d'appoint nécessaire au développement et au maintien de la grande sur jumelle.
La traditionnel "rivalité" entre les deux cités a trouvé un exutoire dans l'émulation économique entre Rabat et Kénitra.
Cette dernière concentre près de 25% des unités industrielles de toute la région (contre 35% pour Rabat). On réalise l'importance de cette course de fond à laquelle se livre la deuxième ville de la région. A fortiori depuis que l'autoroute, facteur primordial de communication et de développement, est passé par là.
L'armature de réseau autoroutier national a effectivement pris forme grâce aux axes de Casablanca-Rabat (90 km) puis de Rabat-Kénitra (30 km). La société nationale des autoroutes s'attaque aujourd'hui à une autre partie du réseau : un tronçon de 140 km reliant Kénitra au point de jonction des routes principales RP2 (vers Tanger) et RP7 (vers Tétouan). Un investissement de près de 3 milliards dh. De fait, l'axe Casa-Rabat- Kénitra devrait constituer à terme l'épine dorsale de l'économie marocaine.
La capitale du Royaume est appelée ville des jardins, Salé est la ville des sanctuaires. Elle a su sauvegarder son patrimoine civilisationnel.
Mieux que Rabat dont le développement économique s'est fait souvent au détriment de l'identité culturelle.
 

 
< Précédent   Suivant >

Selwane.TV||Reportages

Participez à la réussite de votre portail! 

Connectez-vous

Les oubliés des élections

Portail dédié au projet d'aménagement de la valée du Bouregreg

flash infos

3ème festival international du film des femmes de Salé du 28 Septembre au 3 Octobre
 
Lire la suite...
 
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org