Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Selwane arrow Patrimoine arrow Géographie physique de la ville de Salé
Suivez le festival Gnaouas d'Essaouira sur Selwane.TV
 

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Géographie physique de la ville de Salé Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Cité Millénaire   

Photo prise de RabatSur les six rivières marocaines pérennes qui se jettent dans l'atlantique, quatre d'entre elles présentent à leur embouchure au moins un trait commun. Un estuaire plus ou moins évasé, ouvert au flux et au flux des marées, dominé sur sa rive gauche par un surplomb remarquable et occupé sur sa rive droite par une plage, petite ou grande.
Ces quatre embouchures ont vu naître des villes plus ou moins florissantes de puis des temps immémoriaux. A l'embouchure de Loukkos sont nées Lixus, puis Larache; à celle du Sebou, Maâmora devenue Mehdya; à celle de Bou Regreg, sala, salé puis rabat ; à celle de l'Oum Rebia, Azemmour.
C'est dire à quel point ces embouchures et leurs vallées encaissées, mais néanmoins large, constituent, par le biais de leurs rivières, des lieux privilégiés où l'homme a souvent trouvé un havre et des moyens non seulement pour survivre, mais aussi pour échanger et commercer, et ce, depuis la plus haute antiquité.
Parmi ces quatre embouchures bénies des dieux, celle dont le destin fut le plus grand est sans conteste, celle du Bou Regreg.
En effet, sans remonter aux traces laissées par les hommes préhistoriques au nord et au sud de la vallée et de l'embouchure (l'homme de salé-grottes de Dar sultane et al-Harhoura etc.) il semble que les premiers établissements humains se soient faits, pour ce qui concerne l'estuaire proprement dit, dans la zone rocheuse de l'actuelle casbah des Oudayas.
Le nom même de l'agglomération qui s'est perpétué sous la forme d'un doublet: Sala-Challa dériverait d'un mot punique ou proto-berbère signifiant " le Rocher " ou " le Roc " que l'on trouve dans les mots " Sala " en hébreu et " Sakhra " en arabe, vue la proximité phonétique entre le " l " et le " r " alors que le mot " Salouane " serait vraisemblablement d'origine berbère.
La ville a une position atlantique à 34° de latitude nord, à l'extrémité nord-occidentale d'un plateau incliné, et sur la rive droite d'un estuaire des plus intéressants au Maroc, représentant un espace portuaire, réglé sur la marée et sur lequel s'ouvre la ville.
La modération du climat est remarquable. Les températures excessives sont rares, puisqu'on ne compte que quelques journées de canicule par an et que les gelées sont pratiquement absentes. Les vents locaux, notamment la brise de mer, atténuent les excès thermiques, et avec d'autres éléments placent la ville dans l'étage bioclimatique subhumide. Le bois est abondant dans la région de salé. Le chêne-liège est l'espèce fondamentale de la région, en particulier en Maâmora. Mais les vallées encaissées proches comptent des espèces plus nobles comme le thuya. Le socle primaire comporte des séries de calcaire cristallin (Oued Akrach) ou de quartzite qui servent pour la production de marbre et de graviers. La marne néogène de Salé est célèbre puisqu'elle constitue une matière première appréciable (briqueteries et poterie). Les calcarénites d'origine marine ou éolienne du plio-quaternaire sont la base d'une industrie de construction et de décoration (pierre de Salé). Le sable est en revanche relativement moins abondant, mais il peut être produit par broyage des roches pulvérulentes à grains. C'est dire la profusion des matériaux de construction.
L'abondance de l'eau est un facteur fondamental de croissance de la ville. Historiquement, cette dernière n'a pas profité du Bou Regreg à cause de ses eaux salées, alors qu'elle a pleinement profité des ressources aquifères du plateau de Salé-Maâmora.
La nappe phréatique est localisée dans les calcarénites plio-quaternaires au-dessus des couches marneuses néogènes.
En plus de la production forestière ( bois, charbon, liège), la région a toujours été productrice de légumes et de fruits dans les petits périmètre d'irrigation par pompage à partir de la nappe phréatique . Le sol sableux léger et le caractère tempéré du climat constituent deux autres facteurs favorables. L'élevage laitier et avicole a connu un développement puissant pour répondre aux besoins grandissants de l'agglomération.
Trois milieux écologiques commandent le développement de Salé.

Le littoral
L'estuaire
La forêt de la Maâmora
Photo prise de Hassan /Rabat, embouchure du Bouregreg Forêt de la Maâmora, route vers Méknes

 
< Précédent   Suivant >

Selwane.TV||Reportages

Participez à la réussite de votre portail! 

Connectez-vous

Les oubliés des élections

Portail dédié au projet d'aménagement de la valée du Bouregreg

flash infos

سهرة في فن الفادو بمدينة الجديدة

Lire la suite...
 
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org