Ce portail est maintenant disponible en tant qu’archive uniquement. Merci à tous ceux qui ont contribué à promouvoir le patrimoine culturel de la ville de Salé et du Maroc depuis 2002.

هذه البوابة متاحة الآن كأرشيف فقط. شكرا لجميع الذين ساهموا في تعزيز التراث الثقافي لمدينة سلا والمغرب منذ 2002
Accueil arrow Webzine arrow Les familles salétines établies dès la fondation de la ville
 

 À propos de Selwane.com     Contactez-nous/Envoyer un article
Les familles salétines établies dès la fondation de la ville Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Cité Millénaire   
L'on tentera ci-dessous de répertorier succinctement les composantes humaines de Salé avant les vagues de migration à grande échelle intervenues après l'Indépendance, et qui bouleversèrent les structures humaines et la hiérarchie sociale.
Nous laisserons de côté les familles n'ayant plus de lignée pour ne nous intéresser qu'aux familles existantes que l'on peut ventiler en deux catégories: des familles anciennes qui élurent domicile à Salé durant les premiers siècles de sa fondation, du XIe au XVIe siècles leurs présentation sera faite dans l'orde chronologique depuis leur établissement . L'autre catégorie comporte les familles dont la présence n'est signalée dans les documents historiques que durant les trois derniers siècles, du XVIIIe au XXe, étant entendu que nombre de représentants de cette catégorie vécurent à Salé bien avant cette époque. 
  • Les Idrissides :
    Ils arrivèrent à Salé au IXe siècle, avec l'émir Issa ibn Idriss. Ils sont, parmi les descendants du Prophète (Ahl al-Beit), ceux dont l'établissement à Salé serait le plus ancien.
    Ils se fixèrent successivement à Salé " le Vieux " faisant face à Chellah qui était encore habité à cette époque, puis à Salé " le Neuf ". Les familles les plus connus parmi les Idrissides sont :
    • Les Alamyine : par référence au mont al-Alam, servant de sanctuaire au pôle soufi Moulay Abdesslam ben M'chich inhumé en 1225. Ils comprennet plusieurs fractions. La branche " al-Alami Marso " retourna au mont al-Alam et la branche " al-Alami Mrissi " s'installa sur la rive gauche avec Cheikh Moulay Brahim Aami les plus réputé des saints de Rabat, tandis que la branche " al-Alami Debagh " quitta Salé pour Fès, Marrakech et le Hijaz ( comme il a été signalé précédement).
      Les Idrissides encore à Salé de nos jours sont, outre les Alamiyine, les Chentoufiyine ou Bouchentouf. Ce sont des descendants de Moulay Abdessalam ben M'chich de la lignée de son fils Abdessamad. Ils s'établirent parmi les tribus de Semata et Beni Moussawar dans le nord au Maroc ainsi que dans les villes de Fès et Salé.

  • Les Touhamiyine : dont la filiation remonte à Cheikh Touhami ben Mohammed ben Abdellah Chérif al-Yemlihi, fondateur de la ville d'Ouezzane, où se trouve son sanctuaire, et qui fut inhumé en 1678. Leur Zaouïa est située au quartier Assaf.

  • Les Kettaniyine :
    Ils sont affilés à leur ancêtre l'émir Yahya III, surnommé al-Kattani, petit-fils de Moulay Idriss ibn Idriss. Leur zaouïa se trouve près du quartier de Bab Hssein.

  • Les Alaouites :
    Chorfa Hassaniyine dont la filiation commune Idrissides remonte à leur ancêtre Abdallah al-Kamil; ils sont les descendants d'al-Hassan Addakhil, arrivé au Maroc au milieu du XIIIe siècles. Ils s'établirent d'abord à Sijilmassa dans le Tafilalet avant de se répandre dans différentes régions du Maroc. Les plus anciennement établis en fixèrent à Salé sous le règne du sultan Moulay Ismael.

  • Les Kadiriyine :
    Leur généalogie remonte au pôle illustre dont l'éminence est incontestée au Machrek et au Maghreb, Cheikh Abdelkader al-Jilali (1166). Le premier groupe des Kadiyine, venant d'andalousie, arriva au Maroc à la fin du IXe siècles, pour s'installer à Fès où on les trouve de nos jours. Le groupe ayant du domicile à Salé était venu soit de Fès, soit d'Algérie selon deux assertions divergentes. Leur zaouïa est très connue au quartier Zenata.

  • Les Laâlou :
    Le terme est une altération du mot Yaâlou. Les Beni Yaâlou constituent l'une des tribus qui habitèrent Salé dès sa fondation au dèbut du XIe siècle. Le quartier à qu'elle seule porte aujourd'hui le nom de Derb Laâlou , entre les surélévation dite " Akba al-Kobra " et la zone en contrebas de la Grande Mosquée "al-Jamaâ al-Aâdam". Il comptaient des érudits, des gouvernants et de grandes marins.

  • Les Sedrati :
    De la tribu Sedrata appartenant groupe des Sanhaja. Ils habitent Salé depuis le XIIe siècle. Il étaient réputés pour leur conduite vertueuse et leur savoir, qualité qui se sont pérpétués dans leur descendances pendant des générations.

  • Les Bensaîd :
    Ils sont apparentés aux Sanhaja du Souss. Ils habitent Salé depuis le XIVe siècle et jouèrent durant plusieurs siècles, un rôle éminent dans le domaine du savoir et de l'exercice des hautes charges.

  • Les Aâmar :
    Famille apparentée au cheikh et ascète Ahmed ben Achir, andalou d'origine et slaoui de résidence, qui mourut en 1364. Il s'agirait probabalement de ses neveux ou de la lignée de Omar Nefzi, le chef des mourides du Cheikh ben Achir. En tout état de cause, les Oulad Aâmar sont, de long date, les conservateurs du sanctuaire de Sidi ben Achir.

  •  
    Les Maâninou :
    Famille d'origine arabe provenant de la Chaouia ou famille des Senhaja. La famille Maâninou habita Salé dès le XVe siècle et est connue pour son aisance et son haut rang dans les hiéararchie sociale. Ils habitaient dans un quartier exclusif, connu aujourd'hui sous le nom de " Derb Maânena ".

  • Les Zniber :
    Famille d'émigrants andalous installés à Salé après la chute de Grenade à la fin du XVe siècle. Connue également pour sa prospérité, l'érudition de ses membres et leur vocation à exercer de hautes charges.

  • Les ben Bouzid : De la tribu des Idda Oubouziya des Haha. Venus à Salé au milieu du XVIe siècle. Il comptent dans leurs rang des juriscousultes, des adoul et de grands fonctionnaires du gouvernement maghzénien.

  • Les Zouaoui :
    Ils appartiennent au Zouaoua d'Algérie. Cett famille s'installa au Maroc du temps des Saâdiens. Le gouverneur de Salé était un des leurs du règne du sultan Ahmed al-Mansour ad-Dahbi au XVIe siècle.

  • Les Fennich :
    Arabes soufianes ou réfugiés andalous, ils assumèrent l'autorité à la tête du gouvernorat de Salé avant l'avènement de la dynastie alaouite ainsi que sous le règne de ses sultans.

  • Les Hamdouche :
    Leur filiation tribale reste difficile à établir . Le premier de cette famille à avoir connu la notoriété est l'érudit et notaire Mhammed Hamdouche, qui était parmi les témoins de l'acte successoral de Cheikh Abdellah ben Hassoun en 1604. La famille s'est fait une réputation dans le notariat et le commerce. Il semblerait que Cheikh Ali ben Hamdouch, inhumé dans le Mont du Zerhoune en 1722, fût un des leurs.

  •  
    Les Hassouni :
    Leur filiation remonte au maître soufi et alem Abdellah ben Hassoun Selassi 1604 dont le célèbre sanctuaire est situé près de la grande Mosquée.

  • Les Aouad :
    Famille d'origine hilalienne. Le premier à connaître la célébrité dans cette famille fut le raïs (capitaine) Mhammed Aouad qui sévissait vers le milieu du XVIIe siècle contre les navires chrétiens. La fonction de raïs ainsi que la prééminence dans le domaine du savoir se sont perpétués dans sa lignée.

  • Les Sbihi :
    Ils sont de la tribu arabe hilalienne des Sbih. Ils se fixèrent à Salé du temps du sultan Moulay Ismaïl. La science et les charges dignitaires furent leur apanage durant plusieurs générations. Ce sont les fondateurs de la Bibliothèque Sbihiya à Bab Bouhaja.

  • Les Bouallou :
    Ils son originaires de Tlemcen. Leur ancêtre Mhamed Sidi Boualou vint à Salé du temps de Moulay Ismaïl pour y enseigner. Le sultan lui donna la jouissance de propriétés foncières à Salé ainsi qu'une partie de redevances versées par la tribu Amer. Il vécut dans l'aisance ainsi que ses fils qui accédèrent pendant plusieurs générations à des rangs élevés dans le savoir et la magistrature.

  • Les Harakat :
    Ils sont originaires des tribus Hrakta hilaliennes. Le premier à gravir la hiérarchie sociale fut Amer ben Mohamed Harakat, gouverneur de Salé vers le milieu du XVIIe siècle. Ils succédèrent dans l'exercice des hautes charges et eurent une notoriété dans le domaine de savoir durant des générations. Il existe à Bab Hssein un petit secteur urbain dit Zankat Hrakta.

  • Les Cherkaoui :
    Descendants de Cheikh Abou Obeid M'hammed ben Ali al-Kassim Charki Jabiri, inhumé à Boujaâd, le premier Cherkaoui à se fixer à Salé fut l'érudit M'hamed M'fadel Charki en 1660, dont le sanctuaire se trouve près de la Grande Mosquée.

  • Les Talbi :
    Leur ancêtre fut le vénéré Ahmed Taleb Kasri, inhumé en 1662 et dont le tombeau est situé près de la Grande Mosquée.

  • Les al-Aouni :
    Arabes hilaliens de Doukkala, descendants de l'érudit Abdallah al-Aouni, 1684, venu s'établir à Salé. Ils possèdent une zaouïa au quartier Ras-Achajra, dite zaouïa Dlil.

  • Les Hajji :
    Descendance du Moujahid Ahmed HAjji 1691. La Mosquée Sidi Ahmed Hajji se trouve à proximité du sancuaire de ce vénérable Moujahid.

  • Les Bouchaâra :
    Leur ancêtre est un vertueuex personnage qui conservait comme relique un cheveu du Prophète Mohammed, d'où leur nom. Le premier de cette famille qui se fit une notoriété dans l'enseignement fut Ali Bouchaâra,1697.

  •  
    Les Mrini :
    De la tribu zénète qui régna au Maroc. Ils habitent Salé depuis une époque ancienne, mais les chroniques n'en signalent la présence qu'à la fin du XVIIe siècle. On leur connaît une mosquée au quartier de Bab Hssein, ainsi qu'un petit secteur urbain dit Jamaâ Lamrini.
Les familles salétines qui ne sont citées que depuis trois siècles
(XVIII - XX siècle /XII - XIV siècle siècle H. ) :
 
 
Acharki
al-Ahrach
Âkkour
al-Âmarti
al-Ârousi
al-Âssri
Atoubi
al-Âzzouzi
al-Bahloul
al-Bardîi
al-Barhmi
al-Baroudi
Bayahya
Belâarbi
Belâayychi
Bellafkih
al-Bellage
Bellahsen
Bellakbir
Bellamine
Bellghazi
Bellhaj
Bellkadi
Bellyamani
Benâabbou
Benâabdennbi
Benâayyad
Benâazzouz
Benabdelâali
Benbdesslame
Benâboud
Benâli
Benbrahim
Benchekroune
Bencherki
Benchlih
Bendahmane
Bendaoud
Benghaneme
Benjilali
Benkassou
Benkhadda
Benkhadra
Benmansour
Benmlik
Benmoussa
Bennaftah
Bennaghmouch
Bennani
Benomar
Benslimane
Bensmaïl
Bentalha
Bentaleb
Bentabbaâ
Benthami
Benzaïra
Benzuina
Berraïs
Berramdane
Berrjali
Berroyel
al-Bezzaz
al-Beghal
Bouâallou
al-Bouâazzaoui
Bouâbid
Bouhmouch
Boukhres
Boulaâjoul
Boumsellak
Brital
al-Chafîi
al-Chaoui
al-Cehddadi
Chkroune
Chergou
al-Cherradi
al-Chiadmi
al-Chiheb
Chmaou
al-Chouni
al-Doukkali
al-Doughmi
al-Douiyab
al-Dridi
Driham
al-Fasi
al-Filali
al-Gadi
al-Gharbaoui
al-Ghazzi
Ghlid
al-Ghmari
Ghmires
al-Ghnimi
al-Ghrabli
al-Gueddar
Guelzim
al-Hamdi
al-Hanchi
al-Hansali
al-Haouari
Harmach
al-Haski
al-Hasnaoui
Hassar
al-Hayyani
al-Hiyyad
al-Houch
al-Hrizi
al-Hsini
al-Huiyyach
al-Jâaïdi
al-Jabli
Jkhalef
kabtine
al-Kadmiri
Kahkhami
al-kalîi
Kandil
al-Kasri
al-Khaldi
al-Khammal
al-Kjiri
al-Kouch
al-Krom
al-Lahyani
al-Maâdadi
Maâgoul
al-Malki
al-Mansouri
al-Marrakchi
al-Masbahi
al-Maslouhi
al-Mbarki
Mellah
al-Mir
al-Mkinsi
Moumene
al-Nasiri
al-Nejjar
al-Ouadrasi
Ouaglou
Oualaâlou
al-Ouardighi
al-Oudiyyi
al-Ouraoui
al-Rabouli
al-Rahmani
al-Rifi
al-Rtimi
al-Ruijal
al-Sabounji
al-Sahli
al-Sahraoui
al-Sarghini
Sarouilou
Sasi
al-Sbaîi
al-Sbiti
al-Sebbahi
al-Seffar
al-Sefiani
al-Semmar
al-Shaïmi
al-Sibari
al-Slimani
al-Smahi
al-Sousi
al-Tabbal
al-Tanjaoui
al-Tazi
al-Tebbaâ
al-Titoini
al-Tiyyal
al-Tlemsani
al-Trabelsi
Yaâgoub
al-Zaâri
Zellou
al-Zemmouri
al-Zhani
al-Zhiri
al-Zîim
al-Zouaïdi
Zouita
 

Source: Cité Millénaire

 
< Précédent   Suivant >

Selwane.TV||Reportages

Participez à la réussite de votre portail! 

Connectez-vous

Les oubliés des élections

Portail dédié au projet d'aménagement de la valée du Bouregreg

flash infos

Conférence « Comment une entreprise japonaise développe à l’étranger son organisation, son personnel, ses produits », le Mercredi 7 Octobre 2009 à 15h, à la Bibliothèque Nationale du Royaume - Rabat  
Lire la suite...
 
© 2003 - 2017 Selwane.com All rights reserved.
ayyoo | Selwane.TV | amwaj | settatbladi.org