“To jazz, or not to jazz, there is no question!” Louis Armstrong
Ecrit par Communiqué   

Postère de la 12ème édition du festival Jazz au Chellah

Pour cette 12ème édition, nous avons voulu marquer le cinquantenaire de l’Europe au son du métissage musical, fondement même du jazz et symbole de la diversité de l'Europe des 27. Résolument tournées vers le rythme et la jeunesse, les 10 formations européennes invitées représentent un mélange entre le jazz et les autres musiques actuelles et mêleront leurs musiques avec celles, riches et variées, des artistes marocains invités.
Si nous n'avons pas pu répondre à la demande spontanée de tous les musiciens européens de rencontrer des artistes marocains, ceux qui en auront l'occasion ajouteront une corde supplémentaire au lien tissé depuis longtemps entre jazz et musiques traditionnelles.
Détonnant! L'électro Jazz du suédois Goran Kajfes se mêlera au son des percussions de l'incontournable Rhani Krija, revenu d'Allemagne pour son public.

Insolite! Les mélodies amazighes du groupe Inouraz adouciront l'énergie et la capacité d'improvisation du trio allemand EM.

Inédit! Voir Bernardo Sassetti, pianiste le plus en vue au Portugal accompagner des jazzmen marocains: le quartet du talentueux Karim Soussan.

Inoubliable! La rencontre du brillantissime Erik Truffaz et son quartet avec les chants de Abderrahmane Dadi et le violon du célèbre Abdellah El Miry.

Légitime! Quoi de plus normal que de voir le Maallem Mohamed Chaouki et son groupe gnaoua, Ouled Abdi, véritable gardiens du Chellah depuis des décennies, partager la scène avec le slammer britannique Anthony Joseph, porte voix du jazz ethnique européen.

Instants magiques en perspective auxquels s'ajoutent d'autres moments forts: Tomaz Stanko, l'un des plus beaux sons de trompette au monde; Jef Neve, révélation jazz de l'année 2006; Francesco Tristano, représentant d'une nouvelle génération de musiciens européens; Kelomat ou le mélange de la composition et de l'improvisation libre; et enfin Llibert Fortuny, impressionnant saxophoniste qui ne manquera pas de donner un air de fête au finale de cette édition.     

Symbole d’ouverture et de partage, Jazz au Chellah continue d'accueillir les jeunes représentants de la nouvelle vague de la musique marocaine, et invite le public à leur faire honneur sur la scène Jeunes Espoirs samedi après midi. Généreux, il ira de nouveau à la rencontre d'un public qui ne peut se déplacer à lui et organisera des rencontres musicales improvisées et spontanées au cirque Chemsy, dans une prison et dans un hôpital psychiatrique. Et enfin, solidaire, il fera don de ses recettes à une association caritative.

La musique, et plus particulièrement le jazz, ont pour vocation d'unir les hommes autour des valeurs du partage. Le Festival Jazz au Chellah continuera encore à le démontrer par l'une des illustrations les plus abouties  du dialogue entre l’Europe et le Maroc.

Bon festival !

Habib Achour & Majid Bekkas
Directeurs artistiques Europe et Maroc