« Da Arabian MC’s » débarque à Casa Music
Ecrit par Presse Casa Music   

S’il ne vit pas dans les territoires occupés, le trio arabe israélien de DAM s’est érigé en véritable autorité palestinienne du rap. Formé en 1999 à Lod, ville ghetto en périphérie de Jérusalem, quand Mahmoud Jreri rejoint les frères Nafar et Suhell Tamer, «Da Arabian MC’s» diffuse des paroles à la fois miroir et exutoire de la violence environnante. Répandues comme une traînée de poudre sur Internet un million de téléchargements pour leur deuxième album Min Irhabi («Qui sont les terroristes») sorti en 2001, elles savent s’émanciper de la seule problématique palestinienne pour s’ériger contre la guerre, le machisme ou la propagande en général. Influencés tant par la poésie de Mahmoud Darwich que par les mélodies de Marcel Khalifé et Kazem Zaher ou encore les beats urbains de NTM, 2PAC, MSB ou Saian Supa Crew, les trois persistent et signent avec Ihda («le dévouement»), troisième album encore plus abouti et qualifié de «must hear» par le réalisateur palestinien Hany Abu-Assad. Avec DAM, c’est paradise now, mais en rappant.